Chez Ubisoft, l'histoire est un terrain de jeu : bienvenue à Venise !

A l’occasion de la sortie du nouveau Assassin’s Creed Odyssey et de l’exposition Eblouissante Venise au Grand Palais, nous avons rencontré les équipes d’Ubisoft qui travaillent 3 à 4 ans en amont sur un projet en effectuant des recherches très approfondies, notamment dans les fonds de notre agence photographique.
5 octobre 2018
|

Dans le Assassin’s Creed II sorti en 2009, c’était dans la Venise de la Renaissance que les joueurs pouvaient se plonger !

AC2_S_002__3.jpg

Maxime Durand, historien en résidence chez Ubisoft pour Assassin’s Creed, aide les équipes de développement à reconstituer les sites historiques, un travail exigeant et précis même si l’objectif premier reste de divertir. Depuis le développement du tout premier jeu Assassin’s Creed, sorti en 2007, les équipes d’Ubisoft tentent de rendre l’Histoire accessible au plus grand nombre. Dans Assassin’s Creed II, on peut ainsi découvrir et déambuler dans la Venise de la Renaissance : le Palais des Doges, la Place Saint Marc, le Palazzo Ducale…Pour le Pont du Rialto par exemple les équipes avaient étudié précisément des images d’archives et opté pour une fidélité historique (dans l’image ci-dessous) plutôt que de représenter l’un des ponts les plus célèbres de Venise tel que chacun se le représente aujourd’hui en pierre. A cette époque le pont est en effet en bois avec un passage entre deux rangées de boutiques et une partie centrale mobile pour permettre le passage des navires.  Ce n’est qu’au XVIe siècle qu’il sera reconstruit en pierre.

Rialto_ext_wip09.jpg

Le Miracle de la relique de la Sainte Croix au pont du Rialto - Vittore Carpaccio (1450/54-1525/26) (C) Archives Alinari, Florence, Dist. RMN-Grand Palais / Fratelli Alinari
Le Miracle de la relique de la Sainte Croix au pont du Rialto - Vittore Carpaccio 
© Archives Alinari, Dist. Rmn-Grand Palais 

 

 

 

Les équipes, guidées par Maxime Durand sur l’aspect historique, consultent ainsi des monographies, revues archéologiques, artefacts, images d’archives et photographies.  Ils travaillent également avec des historiens et autres spécialistes afin de mieux comprendre les évènements marquants, les acteurs de l’histoire et les lieux qui les ont vus passer.  Enfin, et c’est également essentiel, ils tentent de comprendre la vie quotidienne des peuples.  Quelles sont les croyances, les enjeux du quotidien, les relations sociales?  Les monuments, mais aussi les objets du quotidien, les métiers, les vêtements sont étudiés pour retranscrire la ville de l’époque. Tous ces détails représentent un enjeu capital car ils détermineront le monde qui sera créé pour le joueur. Après la phase de recherche, les équipes de direction artistique créent des « concept art », véritables vues numériques qui vont permettre de créer les personnages et l’atmosphère du jeu à laquelle s’ajouteront ensuite la luminosité, le ciel plus ou moins noir, la fumée… pour créer des émotions durant la partie.

AC2_CH_Venezia_Doctor_Fullbody_NamwooNoh.jpgVenezia_St%20Marco_2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assassin’s Creed, qualifié de « création artistique historicisante » par Ubisoft est ainsi historiquement inspiré et offre une immersion époustouflante. Des enseignants et des professeurs vantent également la valeur pédagogique de ces reconstitutions.  Le professeur Simone Bregni, par exemple, qui enseigne depuis plusieurs années dans les universités américaines utilise Assassin’s Creed II dans lequel figure la Venise de Léonardo da Vinci. Ubisoft a ainsi créé le « Discovery Tour » en 2018, module offrant une version qui, contrairement au jeu, est exempte de défis, de conflits ou de pression de temps et qui permet aux écoles de découvrir l’Histoire autrement. Ce module couvrait l’Egypte d’Assassin’s Creed Origins et les équipes d’Ubisoft prévoient, suite à ce succès, une version identique sur le monde grec à l’époque de la guerre du Péloponnèse, sujet traité par Assassin’s Creed Odyssey, lancé cette semaine.

Mots-clés
A lire aussi

Le Grand Palais invite... Philippe Starck dans l'expo Venise !

- 2 novembre 2018
Philippe Starck, l’Icône du design et de l’architecture, l’incroyable inventeur protéiforme, est vénitien de cœur. Amoureux et familier de la lagune, il retrouve souvent Venise et sa maison à Burano. Il a fait le voyage au Grand Palais pour visiter l’exposition "Éblouissante Venise" et lève le voile sur les mystères de la Cité des Doges.
Tout le magazine