Langue

  • العربية
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • Русский
  • Español

1886-1894 : Pissarro le pointilleux !

mar, 30/05/2017 - 17:27 -- debout
Travailleur acharné, Pissarro mène ses recherches plastiques avec une inventivité toujours renouvelée et produit une oeuvre considérable, inspirée par son cadre de vie rural. Découvrez son passage par la technique du néo-impressionnisme, ou pointillisme, pendant presque 10 ans.
Fervent néo-impressionniste à partir de 1886, il renonce pourtant à cette technique en 1894. Mais pourquoi ?
 

Qu'est ce que la technique néo-impressionniste ? 
Le néo-impressionnisme ou pointillisme est une technique qui consiste à peindre une surface colorée avec de multiples petites touches de couleur pure. Par un effet de contraste, une couleur plus intense se recompose alors dans la rétine du spectateur. Cette technique a été élaborée dans les années 1880 par le peintre Georges Seurat (1859-1891) à partir des travaux du chimiste Michel-Eugène Chevreul avant d’être théorisée par Paul Signac (1863-1935).




Les 3 raisons qui l'ont pousser à finalement abandonner cette technique  

  • le pointillisme demande un important effort de synthèse, en totale contradiction avec l’attention impressionniste aux effets atmosphériques changeants.
  • la régularité et la finesse de la touche néo-impressionniste exigent un temps d’exécution très long. À la fin des années 1880, Pissarro voit sa production se réduire fortement, ce qui le prive de revenus et le limite dans ses possibilités artistiques.
  • cette technique n’a pas du tout la faveur de son marchand, Paul Durand-Ruel, ni celle d’une partie des amateurs d’art.

L’artiste développe donc en parallèle d’autres techniques, comme la gouache ou l’aquarelle, qui lui permettent de capter beaucoup plus rapidement un instant fugitif. Au début des années 1890, le peintre s’éloigne définitivement du néo-impressionnisme.

Il écrit même à son fils Lucien, le 27 janvier 1894 : « je trouve que la méthode même est mauvaise. Au lieu de servir l’artiste, elle l’ankylose et le glace ». Il revient alors à une technique plus proche de I'mpressionnisme de ses oeuvres antérieures. 

En 1895, il se considère plus que jamais comme le seul véritable impressionniste. 
 


Pissarro à Eragny, la nature retrouvée.
Jusqu'au 9 juillet au Musée du Luxembourg
Réservez votre billet ICI

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?