Joan Miró face à la montée des fascismes

En écho aux crises financières, sociales et politiques qui secouent les années 1930, découvrez comment le grotesque et l'inquiétant apparaissent dans l'oeuvre de Miró.
28 novembre 2018
|

Les années 1930 marquent le début d’une époque troublée. La guerre civile espagnole se profile. L’anxiété de Miró grandit et l’ancien univers magique et ludique cède la place au grotesque et vire au drame. Les couleurs s’assombrissent, les contrastes se font violents. L’humanité se désagrège tandis que l’artiste recourt au domaine poétique pour suggérer une possible évasion.

165.MIRO_Escargot_Femme_Fleur_Etoile.png
Peinture (Escargot, femme, fleur, étoile), 1934, huile sur toile, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, 1992.
© Successió Miró / Adagp, Paris, 2018

Dans cette peinture de grand format réalisée en cette période de troubles, des lignes noires tracent des formes et des mots sur un fond sombre, coloré de nuances de vert et d’ocre. Des aplats blancs, noirs, rouges, jaunes et bruns remplissent ces formes. Des personnages grotesques en jaillissent verticalement. Les corps et les membres subissent une déformation. Chaque créature est dotée d’une tête, d’yeux, parfois de seins et de fesses. Quelques longs poils noirs suggèrent les chevelures. On identifie une large main blanche qui se dirige vers le bas du tableau. Ces êtres représentent une humanité qui se  métamorphose sous nos yeux. À cette composition, le peintre associe des mots qu’il écrit comme un poème. Il les relie entre eux par une longue ligne noire et courbe. Escargot, femme, fleur, étoile nomment ainsi son tableau.

 

L’oeuvre résulte de collages réalisés par Miró à partir de papiers journaux déchirés. « Je ne copiais pas les collages. Je les laissais juste me suggérer des formes » disait Miró. En effet, à la fin des années 1920, l’artiste semble vouloir renoncer à la peinture et déclare même son « assassinat ». Il expérimente alors de nouvelles voies d’expression. Cette composition a été créée au moment où Miró s’installe, principalement en raison de difficultés financières, dans sa maison natale à Barcelone. Ici, il n’abandonne pas vraiment la peinture mais la transforme. Les mots et les formes s’étirent à sa surface. Le mot « étoile » disposé sur deux registres semble se couper en deux pour devenir « et » et « toile ». Avec cette calligraphie, le message s’enrichit d’une interprétation poétique, inspirée de la langue des oiseaux.
 

Vous avez jusqu'au 4 février 2019 pour admirer cette oeuvre au Grand Palais dans l'exposition Miró

Mots-clés
A lire aussi

Notre wishlist de Noël 2018 !

- 10 décembre 2018
Noël arrive à grands pas, mais pas de panique s'il vous manque encore des cadeaux, le Grand Palais vous aide dans votre quête du cadeau parfait avec notre wishlist 2018 !

Avec le Pass Sésame, offrez-vous de l'art en illimité !

- 26 novembre 2018
Joan Miró, Alphonse Mucha, Michael Jackson… vous avez envie de voir plusieurs expositions cet automne ? Pensez au pass Sésame, la solution la plus simple et la moins chère pour visiter les expositions du Grand Palais et du Musée du Luxembourg ! 
Tout le magazine