Langue

  • العربية
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • Русский
  • Español

Parcours de visite - Exposition Joyaux

ven, 02/06/2017 - 17:38 -- lombardi peissel
Suivez le guide et découvrez les merveilles de l'expo Joyaux au Grand Palais ! Ce parcours de visite présente seize bijoux.

PARCOURS DE VISITE

Ce parcours de visite invite à découvrir l’histoire des incroyables bijoux présentés dans l’exposition Joyaux ! 
L'exposition retrace l’évolution de la joaillerie indienne depuis l’époque moghole (1526-1858) au règne des maharajahs durant la colonisation britannique (1858-1947) jusqu’aux créations contemporaines. 

PHOTO JOYAUX

Retrouve tous les joyaux de ce parcours dans le module ludique Photo Joyaux.
Pour cela, télécharge gratuitement l’application mobile sur l’Appstore ou sur GooglePlay.

Transforme-toi en maharajah en appliquant de somptueux bijoux sur tes photos.
Enregistre tes créations et partage-les sur les réseaux sociaux avec le #ExpoJoyaux.

 

 

PLAN DE L'EXPOSITION JOYAUX

1 - Le trésor moghol
2 - Jades et objets en cristal de roche
3 - Objets en or et en émail

4 - Les regalia et parures royales
5 - Cartier et les joailliers européens
6 - La création contemporaine

 

Un véritable art de la joaillerie s’est développé en Inde depuis plusieurs siècles. Le contexte naturel s’y prêtait puisque le sous-sol de cette région d’Asie du Sud-Est est riche en pierres fines et précieuses.
 
En Inde, le bijou est bien plus qu’une simple parure. Chaque pierre possède une symbolique qui lui est propre. Ces joyaux marquent aussi le rang et l’origine géographique de la personne qui les possède. 
 

1 - LE TRÉSOR MOGHOL

Bague sertie d’un spinelle de Shah Jahan


Cette bague est ornée d’une pierre fine appelée spinelle. Ces pierres sont très appréciées des empereurs moghols pour leur couleur rouge qui symbolise le pouvoir impérial.

La dynastie des Moghols régne sur l’Inde durant trois siècles, entre 1526 et 1858. Les Moghols ont pour coutume de faire graver les plus beaux spinelles aux noms de leurs souverains. Cette bague porte le nom de l’empereur Shah Jahan, connu pour la construction du Taj Mahal. Elle servait probablement de sceau, c’est-à-dire qu’elle permettait à l’empereur de laisser son empreinte sur un document pour garantir son authenticité.

* Dynastie : succession de souverains d’une même famille.
* Taj Mahal : monument funéraire en marbre blanc, situé dans le nord de l’Inde. Il est construit entre 1631 et 1648 par l’empereur Shâh Jahân en mémoire de sa femme.

L’Arcot II, Diamant

Ce diamant a été trouvé près de la ville fortifiée de Golconde, située dans le centre de l’Inde. Jusqu’au XVIIIe siècle, les mines de Golconde sont, avec celles de Bornéo, les seules au monde à approvisionner le marché aux diamants.
 
Le Arcot II doit son nom à la ville d'Arcot dont Muhammad Ali Wallajah est le Nawab. En 1761, il offre le précieux joyau à la reine Charlotte II d’Angleterre. Par ce présent, il témoigne de sa fidélité à la couronne britannique.

 
* Mine : trou creusé dans le sol d’où l’on extrait  une roche appelée minerai
* Nawab : souverain indien de religion musulmane

 

 


2 - JADES ET OBJETS EN CRISTAL DE ROCHE

Dague 

Ce court poignard s’appelle une dague. Son manche est fait de jade, une pierre fine dont la palette de couleurs s’étend du blanc au noir en passant par le vert. Dans le monde musulman, cette pierre est associée à la victoire et les moghols l'utilisent pour fabriquer des armes. Ils lui attribent même des vertus magiques.

 
Les manches des poignards empruntent souvent leurs formes au monde animal. Ce lion à l’allure fière rappelle le thème de la chasse, une activité très appréciée des souverains en Inde. 

 

 

 

 

Chasse-mouche

Chez les moghols, le chasse-mouche ne sert pas uniquement à chasser les insectes trop insistants. C’est aussi un symbole de pouvoir attribué au roi. Le manche de ce chasse mouche est taillé dans un matériau noble : une agate. On reconnait cette pierre à l’alternance d’anneaux sombres et clairs. Le manche est complété d’une touffe de crin en queue de yak.

* Agate  :  pierre formée de couches successives  de différentes couleurs
* Yak : animal ruminant qui vit dans les montagnes du Tibet et du nord de l’Inde. Il ressemble au bœuf, à la différence qu’il a deux longues cornes et une épaisse toison 

 

 

3 - OBJETS EN OR ET EN ÉMAIL

Boîte de Tipu Sultan

Cette boîte en or appartenait au sultan Tipû Sâhib. Il était surnommé le «Tigre de Mysore» en raison de son opposition à la colonisation britannique. Vingt chiffres ornent chacune de ses faces triangulaires mais leur signification demeure une énigme. Ils ne semblent pas s’organiser en suite logique mais pourraient faire référence à des calculs mathématiques anciens. Ce mystère reste à éclaircir. 

*Colonisation : domination politique et économique d’un territoire occupé par une nation étrangère 

 

 

 

Pendant oiseau

Cet ornement en forme d’oiseau, d’à peine trois centimètres de long, proviendrait d’une bague ou d’un bâton de commandement. Les pierres sont serties selon une technique typiquement indienne appelée kundan.

Le kundan permet un sertissage sans griffes et à température ambiante. Un creux est laissé dans la structure de l’objet pour recevoir la pierre. L’orfèvre insère ensuite de très fines bandes d’or tout autour de la pierre. Il les met en forme à l’aide d’un burin et d’un brunissoir. L’or est si pur qu’il n’est pas nécessaire de le chauffer, une simple pression suffit.

* Sertissage : technique permettant de fixer les pierres sur un bijou
* Orfèvre : artisan qui fabrique ou vend des objets en or et en argent
* Burin : outil permettant de couper et graver les métaux
* Brunissoir : outil permettant de polir les métaux 

 

Bracelet pour le haut du bras

Les moghols aimaient particulièrement cette forme de bracelet en trois parties qui se porte sur le haut du bras. Celui-ci provient du trésor des Nizams (souverains indiens) de la ville de Hyderabad. Ses joyaux furent miraculeusement conservés et permettent aujourd’hui de documenter les bijoux de la parure royale.

Émail : Le revers de ce bracelet est émaillé d’un décor de fleurs rouges. L’art de l’émail apparaît en Inde à partir du XVIe siècle. Cette technique consiste à graver des cavités dans la structure et à les remplir d’une poudre colorée. Cette poudre est un mélange de matières vitreuse et d’oxydes métalliques. Puis, la pièce est cuite afin que l’émail fonde et se fixe au support. 

 

 

 

4 - REGALIA ET PARURES ROYALES

Épée d'apparat du Nizam de Hyderabad

L’épée est l’emblème de la royauté par excellence. Elle fait partie des regalia. C’est un symbole si puissant qu’elle peut remplacer la présence du monarque sur son trône. Au cours des cérémonies d’investiture, la transmission de l’épée marque la passation du pouvoir de l’ancien au nouveau souverain.

Richement décorée de diamants, de rubis et d’émeraudes, celle-ci appartenait au Nizam de Hyderabad, un royaume situé dans le centre de l’Inde où hindous et musulmans cohabitaient. 

*Regalia : objets symbolisant la royauté.

 

 

 

Topi et sehra

Le sehra est un voile qui faisait partie de la tenue du marié, en Inde, au Pakistan et au Bangladesh. Il était autrefois composé de guirlandes de fleurs cachant le visage du futur époux pour le protéger du mauvais œil. À partir de l’époque moghole, les fleurs sont remplacées par des perles et des pierres précieuses.

Le sehra est traditionnellement fixé sur une coiffe appelée topi. Celui-ci est richement brodé et orné d’émeraudes ainsi que de rubis.

 

 

 

 

 

Ornement de turban en diamants

À partir du milieu du XIXe siècle, le pouvoir des maharajahs s'affaiblit. Mais, grâce à leur immense richesse, ils commandent toujours de nombreux bijoux. Ils confient les joyaux héritées de leur famille à des joailliers européens pour les adapter à la nouvelle mode.
 
Cet ornement de turban en diamants est complété d’une aigrette en plumes. Il fut commandé par le maharajah de Nawanagar. Bien que ce bijou soit inspiré du style européen, il aurait été réalisé dans un atelier indien.

 
* Maharajah : nom donné aux rois en Inde
* Joaillier : personne qui crée ou vend des bijoux
* Turban : coiffe orientale composée d’un long tissu enroulé autour de la tête
 

5 - CARTIER ET LES GRANDS JOAILLIERS

Aigrette paon 

Au début du XXe siècle, l’Orient fascine l'Occident par son exotisme. L’Inde, alors sous domination britannique, intensifie ses échanges avec l'Europe. C'est à cette époque que le maharajah de Kapurthala rencontre la danseuse espagnole Anita Delgado. Il choisit de lui offrir cette aigrette pour leur mariage, en 1908. Ce couple deviendra mythique.
 
Le paon est un emblème du bijoutier parisien Mellerio. Cette forme est inspirée du mouvement Art Nouveau. Pour imiter les plumes du paon, le bijou est émaillé de bleu et de vert.

 
* Aigrette : 1) Grand héron blanc qui a sur la tête des plumes ornementales
2) Bijou de tête fait de plumes ou s’inspirant de leur forme

* Art Nouveau : mouvement artistique né à la fin du XIXe siècle et s’inspirant de la nature

 

Broche en émeraude

Ce croissant de lune est taillé dans une pierre verte appelée émeraude. Les indiens pensaient que cette pierre précieuse avait des pouvoirs protecteurs et ils l’utilisaient comme talisman.
 
Cette émeraude est offerte par le maharajah de Kapurthala à son épouse Anita Delgado dans les années 1910. La jeune femme l'avait repérée sur l’un des éléphants du maharajah, au cours d’une cérémonie. Son époux décide de lui en faire cadeau une fois qu’elle eut appris l’urdu, une langue parlée dans le nord de l’Inde.
 
* Talisman : objet que l’on croit magique ou protecteur

 

 

 

Collier ras-de-cou en rubis

Le maharajah de Patiala était fasciné par l’Europe. En 1925, il confie au bijoutier Cartier plusieurs milliers de pierres précieuses afin de réaliser des bijoux alliant tradition indienne et style Art Déco. Six ans plus tard, Cartier imagine pour la maharani ce collier ras-de-cou en rubis. Cette incroyable commande rendit Cartier célèbre auprès des princes indiens.
 
* Art Déco : mouvement artistiques des années 1920-1930 qui utilise des formes épurées et géométriques
* Rubis : pierre précieuse rouge

 

 

 

Ornement de turban L’Œil du Tigre


Pour créer cet ornement, Cartier s’est inspiré de la forme de l’aigrette en plume. Il a utilisé des diamants taille baguette (rectangulaires) qui font sa marque de fabrique. Le maharajah de Nawanagar portait ce bijou sur son turban avec de véritables plumes.

 Un gros diamant de 21 carats brille au centre. Il est surnommé L’Œil du tigre car sa couleur d’un brun doré rappelle le regard du félin.

 * Taille baguette : taillé de manière rectangulaire
* Carat : unité de mesure utilisée pour peser les pierres précieuses

 

 

 

6 - LA CRÉATION CONTEMPORAINE

Collier de perles

De nos jours, de nombreux créateurs s’inspirent encore des joyaux indiens. Cette parure est l’œuvre du bijoutier Joël Arthur Rosenthal, plus connu sous ses initiales JAR. Passionné de bijoux anciens, il est l’un des premiers à réutiliser les pierres dures et semi-précieuses alors délaissées des grands joailliers. Son style mêle références au passé et techniques actuelles.

Ce collier contemporain est composé de dix rangs de perles fines. Une perle en forme de goutte ferme le collier dans le dos. Sa forme rappelle les parures des maharajahs.

 * Perle fine : bille de nacre fabriquée par une huître perlière en réaction à un grain de sable ou  à un parasite.

 

 

Boucles d'oreille en perles

Cette paire de boucles d’oreille du bijoutier JAR est parfaitement assortie au collier de perles du même créateur. Une cascade de perles fines ruisselle d’une monture en or. Au plus près du visage brillent deux diamants taillés en poire.

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?